Articles

Potentiels focaux des neurones de la colonne de Clarke

Dans des expériences sur des chats, nous avons étudié les potentiels focaux des neurones de la colonne de Clarke et les décharges de neurones individuels enregistrés de manière extracellulaire. Un scalpel à ultrasons a été utilisé pour enlever la partie de la moelle épinière entre Th13 et L3, et une électrode a été insérée dans la face du segment caudal de la moelle épinière le long de l’axe de la colonne de Clarke. L’excitation orthodromique des neurones de la colonne de Clarke a été provoquée en stimulant les nerfs coupés de l’extrémité ipsilatérale ; l’excitation antidromique a été provoquée en stimulant le funicule dorsolatéral, qui a été préalablement séparé de la partie enlevée de la moelle épinière. On a constaté que le potentiel orthodromique, le potentiel antidromique et les décharges sont enregistrés distinctement lorsque la méthode d’insertion des électrodes est utilisée, alors qu’ils n’ont pas été enregistrés lorsque les microélectrodes ont été enfoncées dans la surface dorsale dans ces expériences. Il est démontré que les potentiels focaux orthodromiques et antidromiques des neurones de la colonne de Clarke sont similaires aux potentiels focaux des motoneurones en ce qui concerne les caractéristiques temporelles. L’inversion du signe de charge a été enregistrée lors de l’approche de la pointe de la microélectrode du soma des neurones de la colonne de Clarke. On suppose que le succès de l’enregistrement des potentiels focaux et des décharges extracellulaires des neurones de la colonne de Clarke est dû au fait que l’orientation des dendrites de ces cellules correspond à la direction du mouvement de la microélectrode. La partie élancée de la microélectrode pénètre dans l’espace interdendritique, où la tension du champ extracellulaire est la plus forte ; elle se déplace ensuite dans cet espace pour atteindre le soma.