Articles

Problèmes oculaires chez les chevaux

par David Sauter, DVM
Les chevaux ont plus que leur part de problèmes oculaires par rapport aux autres animaux domestiques. Avant de passer en revue certains des problèmes les plus courants, voici quelques faits amusants concernant les yeux équins :
-Les chevaux ont le plus gros globe de tous les mammifères terrestres.
-Les yeux des chevaux grossissent les images 50 % plus que l’œil humain.
-La position très latérale de l’œil sur l’extérieur du crâne, la conformation plutôt en œil de bogue et l’orientation horizontale de la pupille donnent au cheval un large champ de vision monoculaire (bidimensionnel) (chaque œil peut voir 195º d’un côté à l’autre et 175º de haut en bas).
-La vision binoculaire (c’est-à-dire. tridimensionnelle) est la zone de chevauchement du champ de vision des deux yeux et, pour le cheval, elle est de 65º et leur champ de vision.
-Le champ de vision horizontal total est de 350º.
-Les chevaux ont un angle mort directement devant leur museau et un autre de plusieurs pieds derrière leur croupe
-Les chevaux clignent des yeux 5 à 25 fois par minute.
-Les chevaux ont une certaine vision des couleurs – ils voient les jaunes, les bleus et les verts mais ne voient pas bien les nuances de rouge.

Problèmes oculaires courants

Paupières gonflées
Une cause fréquente de paupières gonflées est un traumatisme sous forme de blessure contondante à la tête, comme une collision avec des objets solides ou un coup de pied. Tant que l’œil lui-même n’est pas endommagé et que seules les paupières sont touchées, le traitement est assez simple. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont très utiles. La banamine est meilleure pour l’inflammation oculaire que le Bute ou l’Equioxx . L’application d’une poche de glace réduit la douleur &le gonflement et, si le cheval tolère le choc initial du froid, il pourrait l’apprécier. En général, le traitement entraîne une amélioration rapide, sauf s’il y a plus de blessures qu’une simple paupière gonflée. Les traumatismes plus graves peuvent entraîner des dommages sérieux impliquant le globe lui-même. Par exemple, fracture des os de l’orbite, hémorragie dans la chambre antérieure, uvéite, dislocation du cristallin et décollement de la rétine.

Il existe d’autres causes de gonflement des paupières. Les piqûres d’insectes sont fréquentes. Les réactions allergiques sont une autre cause. Lors d’une réaction allergique, généralement les deux paupières gonflent, ainsi que d’autres structures de la tête, comme le museau et les narines. Les réactions allergiques qui entraînent un gonflement des yeux &de la tête peuvent être assez graves et nécessiter une attention vétérinaire immédiate.

Lacérations des paupières
Malheureusement, les lacérations des paupières chez les chevaux ne sont pas rares. Le comportement normal de grattage peut souvent en être la cause. Les yeux des chevaux démangent et ils aiment se gratter. Les objets tranchants font un excellent travail de grattage, jusqu’à ce que l’un d’entre eux s’accroche malheureusement à la peau, entraînant le cheval à secouer sa tête en arrière et à déchirer le bord de la paupière, la laissant pendre sous l’œil par son attache restante. Lors de la réparation de telles blessures, il est important de préserver le bord anatomique normal de la paupière afin d’assurer sa fonction correcte de nettoyage de la surface de l’œil et de maintien de l’humidité. Par conséquent, les lacérations de la paupière nécessitent une attention vétérinaire rapide. L’œdème se développe rapidement et va interférer avec la réparation.

Obstruction du canal nasolacrimal
Les chevaux ont de longs canaux lacrymaux qui acheminent le vieux film lacrymal hors de l’œil pour le drainer vers la narine. L’obstruction de ce canal entraîne un débordement des larmes, qui finissent par couler sur le visage. La peau sous l’œil est irritée et attire les saletés et les débris de l’humidité chronique. Le plus souvent, l’obstruction est causée par des débris et du mucus. Le canal peut être rincé pendant que le cheval est légèrement sédaté. Dans certains cas, l’obstruction est permanente, comme le résultat de dommages au crâne, de tumeurs ou de tissu cicatriciel à l’intérieur du conduit.

Les abrasions cornéennes
Les chevaux sont par nature actifs et athlétiques. Comme mentionné précédemment, ils ont également un œil large et proéminent. Par conséquent, il n’est pas si surprenant qu’ils subissent couramment des blessures à l’œil, notamment des abrasions de la cornée. Les éraflures de la cornée sont extrêmement douloureuses, contrairement aux simples gonflements des paupières. Les larmes coulent souvent sur le visage, car la douleur provoque une surproduction de larmes. Comme les blessures dans d’autres zones, la cornée endommagée développe un œdème. L’œdème cornéen rend la cornée normale et translucide trouble. La cornée endommagée provoque une inflammation plus profonde dans l’œil, appelée uvéite. Il en résulte une pupille serrée et rétrécie. Le traitement consiste en des antibiotiques ophtalmiques topiques pour aider à se défendre contre l’infection bactérienne. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens comme le Bute ou la Banamine sont importants pour soulager la douleur. L’atropine est utilisée pour ouvrir la pupille et détendre les muscles de l’iris.

Uvéite récurrente équine (ERU)
Cette maladie est plus connue sous le nom de cécité lunaire. Il existe également d’autres noms médicaux, comme l’ophtalmie périodique. C’est l’une des causes les plus courantes de cécité chez les chevaux. L’incidence globale aux États-Unis a été estimée à 8 %. La maladie est due à un mauvais fonctionnement du système immunitaire et il existe plusieurs types et stades de la maladie. La forme classique se caractérise par des crises récurrentes d’uvéite sévère, avec une opacité de la cornée, une opacité de la chambre antérieure, une douleur intense, une sensibilité à la lumière vive et une pupille fortement rétrécie. Il y a souvent des périodes calmes où l’inflammation s’atténue, mais ces périodes sont suivies d’épisodes de plus en plus graves. Les zones troubles de la cornée deviennent permanentes, du tissu cicatriciel se développe à l’intérieur de l’œil entre l’iris et le cristallin, le corps noir rétrécit et l’iris peut changer de couleur. Le globe oculaire tout entier rétrécit et des cataractes apparaissent souvent. Certains développent un glaucome comme problème secondaire.

Il existe une forme plus insidieuse de cécité lunaire, qui est plus fréquente chez les races Appaloosa et de trait. L’inflammation est beaucoup plus légère, chronique, avec beaucoup moins d’inconfort. Elle progresse cependant régulièrement et finit aussi par entraîner la cécité.

Le traitement est centré sur deux objectifs principaux – réduire l’inflammation, généralement avec des corticostéroïdes, et réduire la douleur, principalement en amenant la pupille à se dilater avec de l’Atropine et en utilisant des médicaments analgésiques comme la Banamine. Les procédures chirurgicales sont prometteuses pour prévenir la récurrence de l’uvéite. La nature récurrente de la maladie conduit souvent à la cécité et à l’ablation chirurgicale de l’œil.

Tumeurs
Le carcinome épidermoïde peut affecter les paupières, la troisième paupière ou la cornée et est plus fréquent est les chevaux avec une peau non pigmentée autour de l’œil. Le sarcoïde est une autre tumeur qui peut affecter les paupières.

Les yeux sont TRÈS importants et délicats. Un traitement rapide et approprié est très important. Demandez conseil à votre vétérinaire avant de commencer tout traitement par vous-même.